mordant


mordant

mordant, ante [ mɔrdɑ̃, ɑ̃t ] adj. et n. m.
XIIe; de mordre
I Adj. Qui mord, attaque.
1Vén. Bêtes mordantes, qui se défendent en mordant (blaireau, loup, loutre, ours, renard, sanglier, etc.).
2Qui donne une impression de morsure. Froid mordant. cuisant.
3Fig. Qui attaque, raille avec une violence qui blesse. Réplique mordante. acerbe, acéré, acide, acrimonieux, aigre, 1. caustique, corrosif, incisif, 1. piquant, vif. « Mordante à l'excès, elle avait peu d'amies » (Balzac). Répondre à qqn d'une manière mordante (cf. River son clou à qqn). Ton mordant, à l'emporte-pièce. Ironie mordante.
II N. m. (XVIe; « agrafe » XIIIe)
1Caractère de ce qui entame. Le mordant d'une scie.
2Fig. Énergie, vivacité dans l'attaque. allant, 1. fougue, fam. 2. punch. « l'absence de mordant de l'armée américaine » (A. Gide) . Œuvre littéraire qui a du mordant, un ton vif et original qui saisit le lecteur. Pamphlet plein de mordant.
3Mus. Vieilli Petit ornement mélodique.
4Techn. Substance utilisée pour exercer une action corrosive sur un métal. Emploi de mordants en gravure. Substance utilisée en teinture pour fixer le colorant sur la fibre ( mordancer).
⊗ CONTR. Calmant, doux.

mordant nom masculin Caractère de quelque chose qui pénètre, entame : Le mordant d'une lime. Caractère de quelqu'un, d'un groupe qui attaque avec énergie. Caractère vif, agressif d'une réplique, d'une manière de s'exprimer : Critique qui a du mordant. Arts décoratifs Préparation dont on imprègne les bois qui seront ensuite teintés. Vernis que le doreur étend sur les objets pour y faire adhérer les feuilles d'or (ou d'argent, ou d'autres métaux). Gravure et lithographie Substance corrosive tel l'acide nitrique en solution (eau-forte), avec laquelle on attaque la planche de métal. Imprimerie Vernis visqueux qui entre dans la composition des encres. Métallurgie Agent corrosif employé pour attaquer la surface des métaux. Musique Ornement en usage dans la musique ancienne, formé de la note écrite, de sa seconde inférieure et du retour à la note écrite. Textiles et Pelleterie Substance dont on imprègne les étoffes, les poils des fourrures pour leur faire prendre la teinture. ● mordant (synonymes) nom masculin Caractère de quelqu'un, d'un groupe qui attaque avec énergie.
Synonymes :
- impétuosité
- pétulance
Caractère vif, agressif d'une réplique, d'une manière de s'exprimer
Synonymes :
- causticité
Musique. Ornement en usage dans la musique ancienne, formé de la...
Synonymes :
- pincé
mordant, mordante adjectif Qui entame la matière : Acide mordant. Se dit d'une voix incisive, pénétrante. Qui attaque, critique avec vivacité et âpreté : Écrivain mordant. Une ironie mordante.mordant, mordante (expressions) adjectif Froid mordant, qui saisit vivement. ● mordant, mordante (synonymes) adjectif Qui attaque, critique avec vivacité et âpreté
Synonymes :
- acéré
- âcre

mordant, ante
adj. et n. m.
rI./r adj.
d1./d Qui mord.
d2./d Par ext. Corrosif. Acide mordant.
|| Fig. Caustique (dans la critique, la raillerie, etc.). Esprit, pamphlet mordant.
rII./r n. m.
d1./d Agent avec lequel on corrode les surfaces métalliques. L'eau-forte est le mordant employé en gravure.
|| Substance dont on imprègne une matière pour qu'elle fixe les colorants.
d2./d Fig. Causticité. Le mordant d'une satire.
|| Caractère incisif; vivacité, énergie. Voix qui a du mordant.

⇒MORDANT, -ANTE, part. prés., adj. et subst. masc.
I.Part. prés. de mordre.
II.Adjectif
A. — 1. Rare. [En parlant d'un animal] Qui mord. Depuis ce moment, je n'ai point passé une heure (...) sans que le souvenir atroce, cuisant, ce souvenir qui ronge, (...) ne remuât en moi comme une bête mordante enfermée au fond de mon âme (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Confess., 1884, p.463).
2. [En parlant d'une substance corrosive; p. méton., de ses effets] Qui entame, use, corrode. L'arsenic blanc est absolument inodore; sa saveur est d'abord à peine sensible; mais elle devient ensuite âcre, mordante et caustique (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t.1, 1821, p.101). La trace âpre et mordante des sels de vinaigre (DUMAS père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p. 613).
B.P. anal.
1. [En parlant de phénomènes d'intempérie] Qui provoque une sensation vive. Canicule, chaleur mordante. Le temps s'est mis à une pluie battante, aussi vive, aussi mordante que la grêle (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.520). Les pluies torrentielles, les gels mordants (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p.249). Un vent mordant et froid leur cinglait le visage (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p.15).
2. MUS., MUS. VOC. [En parlant de la voix, du timbre] Qui est d'une sonorité particulièrement pénétrante. Une voix puissante, d'une fraîcheur, d'une netteté singulière, d'un mordant timbre d'acier (MICHELET, Oiseau, 1856, p.166). Voix au timbre grave, mordante et chaude comme la vibration d'une corde de violoncelle (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.3). Le violon avec son timbre mordant et incisif, porta un rude coup à la gigue (GRILLET, Ancêtres violon, t.1, 1901, p.163).
C.Au fig. D'une hostilité, d'une agressivité blessante. Caricatures, insultes mordantes. Camille fut douce et bonne, elle se sentait si supérieure! La marquise fut dure et mordante, elle se savait jouée comme une enfant! (BALZAC, Béatrix, 1839, p.202). Aux reproches mordants et pleins de colère dont l'accablait Félix, (...) il répondait avec une bonhomie doctorale (THIERRY, Récits mérov., t.2, 1840, p.294). Voltaire ne voit, dans l'entêtement de ses derniers partisans, qu'une occasion d'exercer sa mordante ironie (BOLL, Qq. sciences captivantes, 1941, p.209).
III.Subst. masc.
A. — 1. Instrument servant à saisir, pincer ou maintenir en place un objet; p. méton., partie d'une tenaille. Mordant. Morceau de bois fendu, qui sert à retenir la copie (...) et à guider le compositeur au fur et à mesure qu'il fait des lignes (MOMORO, Impr., 1793, p.240). Il [le bec] est aigu et courbé, comme les mordants d'une tenaille, dans les oiseaux qui vivent de semences renfermées dans des coques très dures, tels que les perroquets (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.90).
2. ,,Extrémité en métal d'une ceinture ou d'une courroie de cuir`` (LELOIR 1961).
B. — 1. Substance corrosive. [Les tatouages] faits avec la teinture d'arbres de l'Australie finissent par disparaître à l'aide de certains réactifs et de certains mordants (PONSON DU TERR., Rocambole, t.4, 1859, p.44).
2. Substance permettant de fixer la couleur. On appelle mordants les substances poissantes (...) destinées à retenir les poussières colorantes (Al. BRONGNIART, Arts céram., t.2, 1844, p.678). Cuirs de couleur (...) teintés avec des mordants de différentes sortes: alumine, chrome, antimoine d'étain et de fer (CLOSSET, Trav. artist. cuir, 1930, p.34).
a) TEINT., TEXT. ,,Substance dont on imprègne les tissus pour qu'ils prennent la teinture`` (Sc. 1962). Teinture sur mordant. Généralement on emploie pour le mordançage en alumine, la préparation connue sous le nom d'acétate d'alumine ou mordant rouge (WURTZ, Dict chim., t.3, 1878, p.281):
1. Quand la fibre textile et la matière colorante ne peuvent s'unir directement, on a recours à l'emploi d'un mordant. Le mordant est un corps capable de s'unir de façon durable à la fibre et à la matière colorante.
BLANQUET, Technol. mét. habill., 1948, p.110.
b) GRAV. ,,Vernis utilisé dans les impression métalliques`` (COMTE-PERN. 1974).
c) BIOL. Substance chimique (phénol, sels métalliques, alcalis) qui rend la coloration plus aisée (d'apr. Méd. Biol. t.2 1971). Acide picrique (bon fixateur et mordant) (HUSSON, GRAF, Manuel biol. gén., 1965, p.9).
C.Au fig.
1. Caractère de ce qui, de celui qui attaque, critique avec vivacité. Esprit mordant. La conversation n'était jamais frivole, mais le rire n'en était pas banni, quoique les plaisanteries y fussent simples et sans mordant (BALZAC, Méd. Camp., 1833, p.219). Il y a au théâtre le mordant spirituel, le mordant insolent des nouveaux parvenus, le mordant simple et franc de l'homme de la nature (BUSSY, Art dram., 1866, p.259):
2. Mais il ne lui suffisait pas de croquer des silhouettes, fût-ce avec le mordant d'un caricaturiste de métier. Son art, c'était de faire vivre ses personnages dans toute leur épaisseur humaine.
MARTIN DU G., Souv. autobiogr., 1955, p.LXXIV.
2. P. ext. Vivacité, énergie, entrain. On donne maints exemples de l'impéritie et de l'absence de mordant de l'armée américaine (GIDE, Journal, 1943, p.163).
3. P. anal.
a) MUS., MUS. VOC. Ces admirables musiciens [saxophones d'Ellington] ne jouent pas avec assez de mordant (PANASSIÉ, Jazz hot, 1934, p.250).
[En parlant de la voix, du timbre] Ce qui caractérise une sonorité et une vivacité particulières. Le chanteur continua avec un éclat sauvage d'organe et un mordant d'intonation qui glacèrent l'assemblée (SOULIÉ, Mém. diable, t.2, 1837, p.212). Elle [la voix du muezzin] a le mordant d'un hautbois et la pureté céleste d'un orgue d'église (LOTI, Exilée, 1893, p.189):
3. ... comme il [Mozart] sait user de ce charmant petit orchestre où les deux violons et l'alto ajoutent leur mordant et leur frémissement léger à l'agilité de deux flûtes...
GHÉON, Promenades Mozart, 1932, p.105.
♦Au violon, coup d'archet incisif à départ vertical puis horizontal.
Ornement consistant en un ou plusieurs battements faisant alterner plus ou moins rapidement une note principale et la note immédiatement inférieure pour s'achever sur la note principale (d'apr. Mus. 1976). Synon. pincé.
b) P. anal., LING. ,,Figure de syntaxe et de rythme qui consiste à répéter, après un mot-valeur (A) le déterminant (X) qui le précédait`` (MORIER 1975). L'enjambement souligne alors l'effet en l'alourdissant: le mordant y perd de sa rapidité (MORIER 1975).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Adj. 1174 «qui mord» et au fig. «caustique» (GUERNES DE PONT-SAINTE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 732, 3072); 2. subst. a) ca 1200 «pièce de métal de la ceinture» (Escoufle, 5578 ds T.-L.); b) 1676 «manière de couper le bout d'une pièce de bois» (FÉLIBIEN); c) 1743 «vernis pour fixer l'or ou l'argent» (Trév.); d) 1798 «qualité d'une voix sonore» (Ac.); e) 1798 «originalité, vivacité d'esprit» (ibid.). Part. prés. de mordre empl. comme adj. et subst. Fréq. abs. littér.:481. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a)538, b) 817; XXe s.: a) 650, b) 757. Bbg. GOHIN 1903, p.371. — Sculpt. 1978, p.660.

mordant, ante [mɔʀdɑ̃, ɑ̃t] adj. et n. m.
ÉTYM. XIIe, Hatz; p. prés. de mordre pris adj. et substantivement.
———
I Adj. Qui mord, attaque.
1 (V. 1354). Vén. || Bêtes mordantes, qui se défendent en mordant (blaireau, loup, loutre, ours, renard, sanglier, etc.).
2 (XVIIIe). Qui entame en usant, en rongeant. || Lime (1. Lime, cit. 1) mordante. || Acide mordant. Corrosif, rongeant.Par ext. || Froid mordant. Cuisant. || Odeur mordante. Âcre. || Voix mordante (→ Basse, cit. 4), son mordant, dont le timbre est sonore et pénétrant.
3 (1667). Fig. Qui attaque, critique, raille avec une énergie, une violence qui blesse, fait mal. Acerbe, acéré (cit. 4); acide, acrimonieux, aigre (cit. 12), aigu, amer, caustique, effilé, incisif, mauvais, moqueur, (vx) mordicant (3.), piquant, poivré, satirique, vif (→ Fiel, cit. 1; haine, cit. 27). || Caractère de ce qui est mordant. Causticité, mordacité. || Mot mordant, à l'emporte-pièce ( Méchant). || Comédie satirique mordante. Aristophanesque. || Rendre une épigramme plus mordante. Aiguiser. || Répondre à qqn d'une manière mordante (→ River son clou à qqn). || Ironie mordante. || Esprit, trait mordant. Piquant.
1 Ou bien quand Juvénal, de sa mordante plume
Faisant couler des flots de fiel et d'amertume (…)
Boileau, Satires, VII.
2 Lessing, non moins profond, avait quelque chose d'âpre dans le caractère, qui lui faisait trouver les paroles les plus précises et les plus mordantes.
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, VI.
3 Mordante à l'excès, elle avait peu d'amies.
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 551.
4 Chaque fois que j'ai refréné un mouvement agressif je m'en suis félicité. Je n'ai jamais écrit une lettre de reproches, ou simplement un peu mordante, ni présenté la moindre critique, sans m'en repentir.
J. Chardonne, l'Amour du prochain, p. 143.
———
II N. m.
1 (1798). Techn. Caractère de ce qui est mordant. || Le mordant d'une scie.
2 Fig. Caractère de ce qui a de la vivacité dans l'attaque. Allant, force, fougue, vivacité. || Le mordant d'une voix. || Armée, troupe, équipe sportive qui a du mordant, de l'énergie, de la vivacité dans l'attaque. || Œuvre littéraire qui a du mordant, qui est écrite sur un ton vif et original qui saisit le lecteur. || Pamphlet plein de mordant.
5 Son intelligence paysanne avait d'ailleurs acquis, dans les causeries de l'atelier, par la fréquentation des ouvriers et des ouvrières, une dose de mordant parisien.
Balzac, la Cousine Bette, Pl., t. VI, p. 162.
6 On se battait mais en Allemagne et Blanchard — en dépit du deuil cruel qui lui avait valu d'être envoyé en permission — ne tarissait pas d'anecdotes louangeuses sur l'allant, le mordant des troupes de Patton.
Francis Carco, Ombres vivantes, p. 234.
3 (1829). Mus. (Vieilli). Petit ornement mélodique.
4 (1787). Techn. Substance utilisée pour exercer une action corrosive sur un métal. || Emploi de mordants en gravure.Vernis qu'on emploie en dorure pour fixer l'or sur le bronze, le cuivre.Substance utilisée en teinture pour fixer le colorant sur la fibre à teindre (→ Laque, cit. 1). Mordançage; amordancer, mordancer.Substance utilisée dans l'impression des étoffes pour fixer le colorant en certains endroits seulement et déterminer ainsi des dessins variés.
5 (Fin XIIe). Archéol. Dans une ceinture, pièce de métal opposée à la boucle.
DÉR. Mordancer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mordant — mordant, ante 1. (mor dan, dan t ) adj. 1°   Qui mord, qui entame. •   J entends crier la dent de la lime mordante, DELILLE Géorg. I.    Terme de chasse. Bête mordante, nom donné à certaines bêtes qui se défendent avec les dents ; telles que le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • mordant — MORDÁNT, Ă, mordanţi, te, adj., s.m. 1. adj. (Rar; despre note muzicale) Care se execută printr un mic ornament melodic, un fel de tril neterminat. 2. s.m. Substanţă chimică care fixează coloranţii pe fibrele textile. [var.: mordént s.m.] – Din… …   Dicționar Român

  • mordant — [môr′dənt] adj. [ME mordent < OFr mordant, prp. of mordre, to bite < L mordere < IE * merd , var. of base * mer : see MORBID] 1. biting, cutting, caustic, or sarcastic, as speech, wit, etc. 2. causing corrosion 3. acting as a mordant n.… …   English World dictionary

  • Mordant — Mor dant, v. t. [imp. & p. p. {Mordanted}; p. pr. & vb. n. {Mordanting}.] To subject to the action of, or imbue with, a mordant; as, to mordant goods for dyeing. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • mordant — (adj.) late 15c., caustic (of words, speech), from M.Fr. mordant, lit. biting, prp. of mordre to bite, from L. mordere to bite, bite into; nip, sting; figuratively to pain, cause hurt (see MORDACIOUS (Cf. mordacious)). Related: Mordantly. The… …   Etymology dictionary

  • Mordant — Mor dant, a. [F., p. pr. of mordere to bite; L. mordere. See {Morsel}.] 1. Biting; caustic; sarcastic; keen; severe. [1913 Webster] 2. (Dyeing & Calico Printing) Serving to fix colors. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Mordant — Mor dant, n. [F., originally, biting.] 1. Any corroding substance used in etching. [1913 Webster] 2. (Dyeing & Calico Printing) Any substance, as alum or copperas, which, having a twofold attraction for organic fibers and coloring matter, serves… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Mordant — (fr., spr. Mordang), 1) der Grund zum Vergolden u. Versilbern; 2) (Mus.), so v.w. Mordent …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Mordant — Mordant, in der Zeugfärberei u. dem Zeugdruck so v.w. Beize; vgl. Färbekunst S. 109 u. Kattun C); daher Mordanciren, so v.w. Beizen 1) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Mordant — (franz., spr. dāng), soviel wie Beize, Beizmittel, Ätzwasser etc. (s. Beizen und Färberei) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon